Le coût de la scolarité 2018

Le coût de la scolarité 2018

Une enquête menée, comme chaque année depuis 45 ans, par la Confédération Syndicale des Familles (CSF)

Notre entretien avec Johan JOUSSEAUME, Chargé du secteur ÉDUCATION à la CSF

Quel intérêt de ce RDV annuel pour la CSF ?

Ce rendez-vous annuel permet d’évaluer le coût de la scolarité pour chaque élève au CP comme au lycée à la rentrée mais aussi tout au long de l’année. Le but de notre démarche est de mieux comprendre les réalités financières des familles.
Cette enquête que la CSF organise depuis 45 ans, a aussi pour but d’être relayée par les médias. Par ce biais là, nos constats et nos revendications sont davantage entendues et pris en considération par la population et par les pouvoirs publics.
Cette visibilité médiatique permet aussi que la CSF soit connue par un plus grand nombre, et qui sait, convaincre les familles d’adhérer ?

Quelles sont les grandes tendances de cette rentrée, tous niveaux confondus ?

Grace à nos relevés de prix, nous avons pu constater une baisse du coût de la scolarité de 2,91% par rapport à l’année 2017. Ce résultat s’explique par un budget en baisse pour les collèges et lycées, notamment dans les équipements sportifs. Les parents dépenses entre 7 et 15 euros de moins en équipement sportif, par rapport à l’année dernière.
Les familles affirment réutiliser les équipements sportifs notamment car ils peuvent se conserver plusieurs années. Aussi, les parents achètent moins d’articles de marques par rapport à 2017, et les prix des vêtements connaissent une diminution de 0,4% par rapport à l’année dernière selon l’INSEE.
Relevons tout de même que le budget à l’école élémentaire est en hausse, notamment au niveau des cours préparatoires (CP) où le panier moyen augmente de 15,20 € pour les fournitures classiques (cahiers, stylos), et 6,60 € pour l’équipement sportif. La rentrée au CP constitue un moment important pour les familles, et cet investissement financier coïncide avec leur volonté de voir leur enfant s’adapter au mieux à l’école et ses exigences. Cette hausse s’explique également par l’allongement des listes de fournitures en école primaire.

En dehors de la rentrée, quels sont les points de vigilance sur lesquels ont porté votre attention par rapport au coût de la scolarité – et, de fait, sur lesquels l’attention des familles doit particulièrement porter ?

Le dossier du coût de la scolarité 2018 a mis un point d’honneur sur le poids des équipements informatiques dans le coût de la scolarité. Le numérique tend à s’insérer dans les établissements scolaires, nous portons donc un point de vigilance sur la pratique de celle-ci, et nous proposons la gratuité ou la prise en charge des équipements numériques. Ces achats ne doivent pas être à la charge des familles, au même titre que les manuels scolaires !
Nous avons également porté notre attention sur les inégalités territoriales au niveau des transports scolaires et de la restauration. Nous demandons une uniformisations des prix de cantine partout sur le territoire indexé sur le quotient familial et la gratuité des transports. On doit pouvoir manger au même prix pour la même qualité de service à Marseille, au Havre, à Bordeaux ou à Bayonne.
Comment expliquer également, que le lieu d’habitation puisse conditionner le coût de la scolarité ? Une famille vivant à plus de 1.5 km de l’école dépensera en moyenne 30€ par enfant et par mois contre 0€ pour la famille qui habite à côté de l’école.

Quelles sont vos principales revendications vis à vis des pouvoirs publics par rapport au coût de la scolarité ? Quelles sont parmi vos propositions celles qui pourraient soulager les familles de façon significative ?

Aujourd’hui encore, les inégalités scolaires, territoriale et sociales se manifestent dans l’Éducation Nationale. La CSF proclame une école d’égalité et de gratuité, par le biais de différentes propositions :
– Une TVA à 5,5% pour les fournitures scolaires. 5,5%, car on doit les considérer comme un produit de première nécessité.
– La gratuité des transports scolaires de l’école maternelle jusqu’au lycée.
– La revalorisation et la modulation significative de l’Allocation de rentrée scolaire. L’ARS doit être établie en fonction de la classe et non de l’âge de l’enfant.
– Le rehaussement des plafonds de bourses au niveau des études supérieures.

Chacune des propositions peut soulager les familles, les enfants ou les étudiants.

Par ailleurs, les fournitures scolaires constituent un coût significatif pour les familles, et à plus forte raison lorsque l’enfant ou le jeune fait le choix de l’enseignement professionnel. Cette baisse du prix des fournitures scolaires, par la TVA à 5,5% soulagerait les familles significativement.

Toute l’enquête en ligne ICI !

Contact :

Confédération Syndicale des Familles
53, rue Riquet – 75019 Paris
Tél. 06.85.23.83.96 01.44.89.86.88 – Fax. 01.40.35.29.52
jjousseaume@la-csf.orgwww.la-csf.org