Aidants familiaux : vos droits aux congés

Aidants familiaux : vos droits aux congés

Vous êtes en activité et souhaitez accompagner un membre de votre famille dans une situation de perte d’autonomie, liée au vieillissement, à la maladie ou au handicap ? Vous disposez de droits à congés.

A l’occasion de la journée nationale des aidants familiaux ce 6 octobre, la plaquette de l’UNAF « Aidants familiaux congés : vos droits » a été mise à jour pour tenir compte des évolutions de la loi dite d’adaptation de la société au vieillissement de 2016.

Congé de présence parentale, congé de solidarité familiale, congé de proche aidant : cette plaquette explique dans quelles conditions et de quelle manière en bénéficier. Afin de mieux concilier leur vie privée et leur vie professionnelle, les aidants familiaux ont le droit de prendre trois types de congés, en fonction de leur situation.

Trois congés pour les aidants familiaux

Si votre enfant est gravement malade, handicapé ou accidenté, vous pouvez bénéficier d’un congé de présence parentale. Le congé de solidarité familiale permet quant à lui d’assister un proche dont le pronostic vital est engagé ou est en phase avancée ou terminale d’une pathologie. Enfin, pour faire face à la dépendance liée à la vieillesse ou le handicap d’un proche, il existe le congé de proche aidant.

Pour en savoir plus sur ces congés, téléchargez la plaquette d’information.

Les aidants familiaux aujourd’hui

En 2017, plus de 11 millions de personnes aident une personne de leur famille. 4,62 millions d’aidants familiaux sont salariés. Le lien de la plaquette.

Depuis plusieurs années, l’UNAF s’est engagée en faveur d’une reconnaissance par les pouvoirs publics du rôle crucial et prégnant des aidants familiaux. Investie depuis sa création au sein du CIAAF, l’UNAF cherche à promouvoir la mise en place de mesures en direction de tous les aidants familiaux aussi bien dans le domaine du répit, de la conciliation vie familiale vie professionnelle, de la santé, du soutien moral et psychologique…