Les gains socio-économiques de la protection juridique des majeurs

L’Interfédération Unaf-Fnat-Unapei publie les résultats de l’étude d’impact de la Protection juridique des majeurs.

800 000 majeurs sont protégés en raison de troubles psychiques, d’un handicap, ou du grand âge. De tout âge, de tout milieu social, leur statut est varié sur le plan civil, professionnel, financier. Ce sont des personnes de notre famille ou de notre environnement direct ou indirect. Les résultats de cette étude scientifique menée sur les professionnels qui les accompagnent sont édifiants.

Véritables garants des droits fondamentaux et protecteurs des libertés des personnes protégées, les mandataires judiciaires à la protection des majeurs (MJPM) génèrent 1M€ d’impacts positifs.

Sans eux, nous aurions 20 000 personnes sans-abris de plus dans la rue chaque année, 70 000 personnes de plus sous le seuil de pauvreté. Une forte augmentation de la maltraitance financière… Incontournables sur le plan social et sociétal, souffrant de manque de reconnaissance et faisant face à des situations dégradées, les professionnels doivent être rapidement soutenus pour qu’ils puissent assumer un accompagnement de qualité auprès d’une population appelée à doubler d’ici à 20 ans.

Le message porté suite à cette étude s’adresse à la ministre déléguée à l’Autonomie et au ministre de la Justice d’Eric Dupont-Moretti, afin que le 5e risque et la loi Grand Age et Autonomie tiennent compte de ces besoins légitimes.

Le Journal « le Monde » a publié un article qui parle en termes très positifs de cette étude.